Hall des Sports de Farciennes - Inauguration

Le chantier du hall des sports de Farciennes est terminé. L'inauguration a eu lieu le vendredi 14 décembre.

Inauguration Hall des Sports de Farciennes

Construit en 1980, ce bâtiment communal a vu défiler bon nombre de sportifs. L’infrastructure a, par conséquent, souffert à la fois du temps et de son succès. Le revêtement de sol, les installations de chauffage, les sanitaires ou encore la toiture montraient progressivement divers signes de délabrement. Les enseignes défraîchies et autres « tags » apparents accentuaient également l’état apparent de dégradation.

De plus, l’aspect organisationnel devait également être amélioré. La répartition des locaux destinés d’une part aux sportifs et d’autre part aux visiteurs ne semblait pas optimale (croisements).

Centre névralgique de la ville de Farciennes, la Commune à décider de rénover le Hall des sports pour le mettre aux normes Infrasports et permettre d’avoir des matchs de niveau national dans la grande salle (l’équipe de volley de Farciennes sera passée en première division en 2012).

La compréhension du projet peut se faire suivant quatre axes conceptuels que nous avons développés :

  • Une image extérieure audacieuse en relation avec la ville de Farciennes
  • Un nouveau système d’entrée avec un lien évident entre l’espace public et l’intérieur
  • Un système de circulation qui réorganise l’intérieur du bâtiment
  • La grande salle de sport

 

 

Une image extérieure audacieuse en relation avec la ville de Farciennes

 

Nous avons inscrit le projet de rénovation du hall des sports dans un cadre de rénovation urbaine. Centre névralgique de la ville, le lieu est bien connu des citoyens de Farciennes et des environs qui y pratiquent une des disciplines sportives ainsi que des parents qui amènent leurs enfants. Si la mission de base se focalisait sur l’intérieur, le plus grand défi du projet était de rapporter toutes les rénovations de l’intérieur vers l’extérieur, l’espace public. La question de faire de ce projet, de nature introvertie, un projet qui dialogue et s’intègre avec son environnement urbain s’est très vite posée. Le parti pris architectural des façades a été de peindre une fresque de 500m2 sur toutes les façades de briques du bâtiment. Cette intervention visuellement forte fait référence à l’art urbain, discipline artistique pratiquée par beaucoup de jeunes farciennois. Cette fresque est structurée par la géométrie des différentes trames intérieures telles que l’éclairage, les lignes des terrains et les bardages métalliques. Pour mettre en évidence l’entrée du bâtiment, les couleurs des formes sont froides aux extrémités et chaudes à son centre pour devenir rouge. La couleur rouge se prolonge dans l’entrée, jusqu’à la grande salle intérieure. La fresque est structurelle, elle organise le quartier et pénètre au plus profond du bâtiment pour faire partie du dispositif de réorganisation spatial.

Deux interventions en bétons architectoniques noirs perforés révèlent la nouvelle cafétéria et les vestiaires. Traités de manière franche, ces deux rectangles noirs tranchent avec la géométrie complexe de la fresque. Les perforations sont des baies circulaires (des trous) d’où les visiteuses peuvent avoir des points de vue particuliers sur l’espace public extérieur.

 

Un nouveau système d’entrée avec un lien évident entre l’espace public et l’intérieur

 

L’entrée de l’ancien bâtiment n’était pas visible. Il est incontestable qu’un bâtiment public doit avoir un accès claire et lisible pour accueillir les gens. L’idée que nous avons développée est de mettre en place un dispositif d’entrée qui déborde de quelques mètres sur l’extérieur, pour créer un signal et aller chercher correctement les gens, et s’introduit à l’intérieur en passant respectivement par un sas, un couloir de distribution, une loge pour le gardien pour arriver finalement dans la grande salle.

Ce dispositif n’est pas décoratif. Il est structurel et a pour ambition de changer la nature de l’interface entre l’intérieur du hall et l’extérieur. Il agit comme un couloir spatio-temporel donnant accès aux différents locaux de façon évidente et lisible. C’est ainsi que le local gardien, de forme trapézoïdale et peint en noir, est au milieu du couloir pour mieux accueillir les visiteurs et aussi de contrôler de manière panoptique l’entièreté du hall des sports. 

Ce système d’entrée a été construit en caillebotis thermolaqué rouge pour renforcer son importance spatiale. Les couleurs font partie intégrante de la signalétique. Elles sont utilisées de manière franche pour créer une véritable scénographie sportive.

 

Un système de circulation qui réorganise l’intérieur du bâtiment

 

Le nouveau dispositif d’entrée mis en place a été l’impulsion pour réorganiser entièrement les circulations internes du Hall des sports. Toutes les circulations ont été concentrées le long de cette nouvelle colonne vertébrale rouge en caillebotis. Cette réorganisation de circulation intérieure à permis de transformer les espaces résiduels en locaux utiles. Deux nouvelles petites salles sont créées. Elles peuvent accueillir des clubs de danse, de yoga, etc.

La gestion des flux a été une priorité dans ce projet. Une confusion totale entre les flux visiteurs et sportifs était présente dans le projet précédent. Dans la continuité des idées expliquées ci-dessus, la réorganisation des flux intérieurs se formalise par une lisibilité évidente des circulations sportives dissociées de celles des visiteurs. Les couleurs sont présentes pour renforcer cette dissociation.

C’est ainsi que dans le couloir d’entrée, les circulations verticales (l’escalier et l’ascenseur) peintes en jaune, en contraste avec le rouge, appellent les visiteurs à se rendre à l’étage pour se rendre dans les gradins ou la cafétéria. Le jaune se prolonge à l’étage pour couvrir les gradins et une partie de la cafétéria.

La signalétique n’est pas résolue grâce à des panneaux et des mots. Ce sont les espaces, les formes, la clarté des circulations et les couleurs qui font office de signalétique. La signalétique est avant tout spatiale.

Tous les espaces utilisés par les sportifs sont au rez-de-chaussée pour des raisons pratiques. À l’écart des sportifs, les visiteurs trouveront leur place à l’étage pour regarder les activités sportives.

Contrairement à la situation de la cafétéria précédente qui se trouvait au rez-de-chaussée sans relation visuelle avec la grande salle de sports, cette nouvelle organisation spatiale qui place la cafétéria à l’étage permettra aux visiteurs d’avoir une vue plongeante sur les terrains. La cafétéria devient un véritable espace vivant au service du sport et des citoyens.

Pour respecter les normes Infrasports, la circulation des vestiaires a été revue pour être inversée et devenir l’interface entre la grande salle et les nouveaux vestiaires. La rationalisation des espaces d’eau et des circulations a permis de redéfinir de manière plus juste les vestiaires des sportifs et des arbitres. C’est ainsi que nous retrouvons six vestiaires sportifs (au lieu de quatre précédemment) et trois vestiaires indépendants pour accueillir les arbitres et l’espace anti-dopage (au lieu d’un précédemment). Les vestiaires sont pensés comme des espaces où le confort est au centre des préoccupations. Couleurs intimes dans les vestiaires et couleur aquatique pour les espaces d’eau.

 

La salle de sport

 

La grande salle a été complètement mise en conformité pour pouvoir accueillir des équipes de niveau national. En contraste avec l’obscurité ambiante passée, le choix des couleurs de la grande salle s’est porté sur une palette de gris clairs, rendant la salle lumineuse et accueillante. L’idée maitresse est d’avoir une salle lumineuse, un arrière-plan neutre faisant ressortir les marquages rouge et noir des terrains de sports ainsi que les uniformes colorés des sportifs.

Les gradins quant à eux ont été redessinés pour pouvoir avoir une vision optimale des terrains de sports. Ils sont traités dans la continuité du sol jaune des circulations verticales. Les sièges jaunes déposés sur les gradins participent de la même logique de continuité des surfaces.

L’éclairage est traité comme une gigantesque trame orthogonale qui recouvre la grande salle telle une constellation abstraite se déploie jusque dans la cafétéria. Cet éclairage à la géométrie forte participe de l’identité du lieu.